Rejoignez-nous sur Facebook !
MOTULCOFIGEXTFEYOKOHAMA
 
ACCUEIL SAISON PHOTOS COMPTE-RENDUS VOITURE PETITES ANNONCES
Les 12 heures de Magny-Cours - 21 juin 2014 - COMPTE RENDU
PHOTOS - NOGARO - 2014 CHRONOS - NOGARO - 2014

Au son de la Fun Cup

La fête de la musique se courait cette année au son de la Fun Cup, avec un orchestre composé de 46 instruments et environ 200 musiciens.
Certains ont joué des cordes. Parfois dans les cordes. D'autres de la grosse caisse. Caisse claire. Grosse caisse...
Il y eu des fausses notes. Quelques désaccords. Des décalages. Mais seuls les spécialistes et mélomanes les auront notés.
La partition fut excellente et le concert de qualité.

Comme de coutume pour préparer une telle fête, le rendez-vous est donné aux premières lueurs du jour. Certains dont le petit Jean L. voyait déjà les lueurs de ce jour alors que son oreiller le cherchait encore... Canards en vue !

Le réveil pour tous est donc brutal mais les musiciens ont ça dans le sang. L'appel de l'accord parfait. La note bleue (pas celle du jazz, celle de Chopin, ou plutôt de George Sand).
Tout le monde est déjà dans la fosse prêt à faire jaillir les notes.
La séance d'essai de 3 heures servira à parfaire les réglages de l'instrument. On s'accorde. Puis on change de musicien... qui parfois désaccorde. Donc on ré-accorde. Puis arrive l'aigle du Puy en Velay et là... le silence se fait... Il joue en ut 3ème !!!

Désaccord !

Pour les vents nous sommes servis. Là aussi de nombreux courant d'air aux vues des temps réalisés : 18 secondes séparent le 1er violon du dernier. Dans les premiers nous retrouvons la 206 de Baticonfort devant la 199 du Groupe Lemoine et la 164 de Delorme Compétition. Les V-Ri One et la 83 sont en pleine forme, 4ème temps, malgré de grosses répétitions la veille. Un métier !

La 140 de Spebi, la viole de gambe (ut 3ème) du Puy, est 8ème...

Et comme il n'est pas très intéressant de savoir toutes les places, pour les passionnés nous vous renvoyons à la lecture du tableau complet des essais, à travers lequel vous pourrez constater notamment que la 60 de Cofigex est 20ème. Cofigex qui, rappelons le, reste l'un des meilleurs cabinets d'expertise comptable de Paris (et donc de France car comme chacun sait, Paris c'est la France), mais pas seulement car ils ont aussi les meilleurs commissaires aux comptes dont le talentueux joueur de fiscalité en clé de fa 4ème qu'est Olivier Parigi. Ceci était un message pour votre bien et le notre, car une bonne gestion comptable fait faire des économies d'entreprise, et donc davantage de budget pour venir rouler en Fun Cup ou en Mitjet. Merci Cofigex !

Le rythme est un poil tendu comme disait Demis (pas Moore, Roussos !)... les répétitions prennent fin que déjà il faut revêtir le smoking, nœud papillon de circonstance, et s'aligner sur scène.

Le public est venu en nombre pour assister aux exploits de chacun.

Les habitués auront noté tout de suite l'affreux mensonge éhonté : seules les épouses encore aveuglées par un amour irraisonné, des élans passionnels qui échappent totalement à la science, viennent encore suivre les concerts de leurs musiciens de maris. Prenez madame D. C., pas plus tard que mercredi, qui nous disait encore : "C'est bon je suis venue, j'ai vu, j'ai compris, je ne reviens plus". Certes ce n'est pas la mieux mariée, j'en conviens, néanmoins elles sont nombreuses à tenir ce discours (madame François G., madame Vincent R., madame Jean-Pierre R., madame Franck E., madame Olivier P., madame Philippe I.... et la liste est encore longue)... delà à ce qu'elles soient toutes mal mariées, nous sommes en droit de nous poser la question !

Tous les musiciens ont donc leur instrument en main.

A l'envers pour certains, mais tant pis.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Le départ est donné.
Les premières mesures retentissent dans le ciel nivernais.
L'harmonie est parfaite.

Nous sommes partis pour un concert de 12 heures.
Midi Minuit.

Les premiers violons donnent le rythme : la 199 en tête, la 206, 219 de TFE, la 164 de Delorme Compétition, la 216 de PVI, la 140 et la 45 de SPI.
Les altos ne sont pas en reste : la 135 des Eagle Driver est 9ème, suivie par la 96 des Tartouilles, la 181 de Défi, la 83, la 71 de Zosh, la 202 de Stephya...
Certains ont du mal à suivre, et jouent une partition différente des autres. Problème d'embouchure pour les uns, problème de cordes pour les autres. Et pour la plupart problème de musiciens... il ne faut pas tout mettre sur le dos des instruments !!!
Les mouvements s'enchainent.

Allegro ma non troppo à l'exception d'aventuriers solitaires qui s'échappent de la scène, vite rattrapés par les gravillons.

Certains musiciens ayant tendance à maltraiter leurs instruments, quelques passages chez le luthier s'imposent.
On en voit qui jouent du tambour avec leur trompette.
À mi-course, le bal continue. La 199 tient la tête avec la 206, la 216 et la 135. Même la 193 de Tetris est dans le coup alors que le Bic est là, le Ku n'en revient pas. La 219 de TFE est sixième, et comme disais Laurent D. : on a enfin retrouvé Polo !
Une véritable symphonie !
Beethoven n'a qu'à bien se tenir (le compositeur, pas le chien) !!!

Puis, alors que le rythme bat son plein, que la niche est sur le chien, que la bataille fait rage, que les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus, que le foot est aux portugais ce que le désert est aux esquimaux, le célèbre Régis déclenche une ouverture massive d'huitres spéciales 3. Avec une telle chaleur un arrosage de blanc, avec ou sans bulles, s'impose. Raisons médicales. Un grand moment de bord de mer en plein dans la Nièvre.

Entre amis, quel bonheur, quelle convivialité iodée, le tout au son de l'orchestre.
Ce dernier joue sur un rythme de croisière maintenant.
Les notes s'égrainent.
Régulières.
Irrégulières.
Régulières.
On change des hanches de clarinette.
Des cordes de violoncelle.
Le vernis saute.
Les cuivres ont des bosses.
Quelques musiciens très soigneux n'ont pas une égratignure à leur instrument. Le soin du matériel.
Sinon vous avez Vincent R. Celui de l'ut. Haute lutte. Agresseur. Agressé. Puis au final victime d'un attentat. Et on dit que la musique adoucit les mœurs !?!

Symphonie

Au final, après un battle de solistes entre la 199 et la 206, c'est la 206 qui finira par prendre le dessus de quelques notes. De bien belles envolées lyriques.
Juste derrière, les deuxièmes violons, la 219 et la 216, se sont livrées une bataille non moins impressionnante ; TFE finira par avoir le meilleur sur PVI.
Superbe partition pour la 135 qui termine cinquième, grâce à un Dominique P. transcendé d'être à nouveau grand-père : ça donne des ailes de damer le pion aux gamins du conservatoire.

Comme dans toute formation il y a les rebelles. Noeud papillon de travers. Chemise sortie du pantalon. Mal rasés. Haleine fétide. Relents de JB. Et pourtant les Frères Pétards de la 9 finissent 6ème, surtout grâce au superbe cornet à piston de Jérôme D. C.
La 181 de Défi, formation de cuivres, dans un accord parfait termine 7ème.
La 60 de Cofigex, hormis un hygiéniste qui s'adonnerait plutôt au triangle, composé de timbales signe une superbe 8ème place, devant la 202 de Stephya et la 164.

La 193 a joué quelques fausses notes, 16ème. L'un des musiciens, dont nous tairons le nom (secret professionnel oblige), qui travaille dans l'aménagement de bureau, nous disait : « Cherchez les différences avec la dernière course ... »
D'aucuns comprendront.

Les musiciens déposent leurs instruments. Éprouvés par ce semi-marathon de la musique. Se lèvent. Saluent leur public. Ce dernier le leur rend au centuple. Salves d'applaudissement. Tonnerres. Hourras de la foule. Congratulations. Saluts. Ovations.
On en veut encore !!!

Et là... dans l'indifférence la plus totale, est ramenée la 140 sur un bien triste plateau : on a tenté d'assassiner le dernier aigle du Puy en Velay. Sabotage. Un acte de haute trahison. Vincent R. est effaré. Hébété (pour ceux dont la langue française conserve des mystères aussi nombreux que ceux du cerveau pour la science, cela ne signifie pas qu'il est bête). Les oreilles basses. La viole en miette. Les roues aussi. Il se dirige lentement, jambes légèrement écartées (rapport aux roues), vers la fontaine à houblon. Dommage de terminer ainsi alors que tout avait si bien commencé dès les premières mesures.

La fatigue se ressent chez tous les virtuoses.

Ils ont tout donné. Même ce qu'ils n'avaient pas. Le public l'a bien senti.
Malgré cette usure des corps taillés dans le marbre, les sourires illuminent les visages ruisselants.
Le sentiment d'un beau concert. Belle prestation collective. Aussi plaisant à écouter qu'à interpréter.
Merci à l'orchestre.
Jet de fleurs.
Il est minuit une minute. Nous sommes alors le 22 juin.
C'est l'anniversaire de Cindy Lauper.
Bon anniversaire Cindy.

 

Podium Fun Cup - Magny-Cours 2014PODIUM
FUN CUP
GÉNÉRAL

1 - 206 - DEFI BATICONFORT
2 - 199 - GROUPE LEMOINE - WRT
3 - 219 - TFE

Podium Fun Cup - Magny-Cours 2014PODIUM
FUN CUP
CORPORATE

1 - 202 - ORHES - STEPHYA
2 - 142 - LES OPALINES
3 - 45 - SPI

Podium Fun Cup - Magny-Cours 2014PODIUM
FUN CUP
MEDIAIRE

18e - 119 - BUZEAU FAMILY
19e - 45 - SPI
20e - 117 - UNIGHTED

Podium Fun Cup - Magny-Cours 2014PODIUM
FUN CUP
LUCKY

37e - 118 - L'EQUIPE
43e - 196 - ORHES - EMC
41e - 184 - SKR- MAC DO

PHOTOS - NOGARO - 2014 CHRONOS - NOGARO - 2014
CONTACT MENTIONS LEGALES