Rejoignez-nous sur Facebook !
COFIGEXMOTULYOKOHAMATFE
 
ACCUEIL SAISON PHOTOS COMPTE-RENDUS VOITURE PETITES ANNONCES
LE MANS DIJON LE CASTELLET MAGNY-COURS VAL DE VIENNE LEDENON NOGARO
Les 8 heures du Val de Vienne - 8 et 9 septembre 2012 - COMPTE RENDU
PHOTOS - VAL DE VIENNE - 2012 CHRONOS - VAL DE VIENNE - 2012
VALSES DE VIENNE

Après la pluie vient le beau temps ... et ce n'est pas dommage !

Après avoir épongé plus de 78% de ce que l'ensemble des cieux peuvent contenir sur trois des quatres premières courses de la saison, nous renouons enfin avec un soleil radieux, voire même de plomb ! De nombreuses phéromones ont été dispersées dans la belle campagne viennoise (il paraîtrait que les vaches du coin ne donnent plus de lait depuis).
Un tableau magnifique pour des retrouvailles émouvantes, suite à une pause estivale beaucoup trop longue au goût de tous. Pour l'an prochain nous allons organiser un Club Med Fun Cup afin d'apporter la dose quotidienne des addicts.

Vendredi soir nous nous retrouvions autour d'un Perrier Houblon bien mérité (comme toujours) (('un' étant une expression)) (((le thème de ce compte rendu est la parenthèse, vous l'aurez compris...))). Le visage des participants est largement découpé d'une oreille à l'autre par une large banane. On le répète sans cesse mais nous sommes tellement bien tous ensemble. Et là, encore davantage, car Pascal A. avait décidé d'aller rouler à Barcelone et d'y découvrir ses musées nationaux.

Du coup le plateau était allégé pour cette course supplémentaire (surtout qu'Olivier P. était absent lui aussi) mais nous comptions tout de même 51 voitures au départ de ce circuit au combien technique et parfaitement adapté à la Fun Cup.

Petite soirée tranquille donc (Régis n'était pas là) avant de se retrouver de bonne heure (trop bonne heure) pour les essais libres. L'été a été long, trois mois pour certains, et les repères se perdent dans les champs et la verdure.

Certaines Fun Cup servent autant de tondeuse à gazon que de pelleteuse à gravillon. Les fautes de pilotage sont légions, et les figures artistiques font sourire jusqu'à ce que le rail approche... Les pilotes deviennent daltoniens, du coup ne comprennent plus les drapeaux, et ... forcément le briefing se corse. Le grand n'est pas content (comme d'habitude). Il se fâche (comme d'habitude). Et personne n'écoute (comme d'habitude). Les essais qualifs en attestent largement, et le festival "on ice" continue. RE-briefing. La chaleur tape sur les casques, l'hydratation manque. Une fessée et on repart (certains aiment).

Pendant que Franck E. s'envole pour Hong Kong plutôt que pour le Vigeant (y en a qui n'ont aucun goût), la fin des essais se déroule sans encombre. Les premiers tours de roues de notre équipage fétiche du week-end se sont bien passés. Antoine E., étant un vrai tonton comme on n'en fait plus (prenez-en de la graine !), avait invité ses quatre nièces pour leur première course. Du coup voyant l'opération devenir intéressante pour son poulain de fils, François B. saisit l'opportunité et propose que Charles B. fasse le conquième pilote (la polygamie française c'est très joli l'été)... il est fort ce François B. ! Nous suivrons bien les aventures de Charly et ses drôles de Nièces, qui pour leur première course (c'était le week-end de toutes les premières) se sont débrouillés comme des chefs. Charles B. fut le plus jalousé de tous les pilotes, surtout par Franco L. qui lui devait rouler avec Jean Pierre M. et Bruno L. (d'ailleurs Franco voudrait savoir si François ne voudrait pas l'adopter...).

Le podium des essais, qui ne servent à rien qu'à afficher des prétentions (comme Charly), était composé de la 911 de SPI, la 120 de RKM (avec seulement 3 millièmes de seconde d'écart), la 83 de V RI ONE, la 135 des EAGLE DRIVER (on pensait qu'Eagle venait de Mad Max mais en fait c'était pour le groupe de rock... révélation du samedi soir !), et les petits pinceaux de SPEBI sur la 140 pour le quinté. Puis dans l'ordre, un programme chargé avec mousse, tirage au sort, mousse, forum, mousse, apéritif, mousse, et diner Rock'n Roll, et mousse, et au lit (sur le dos !).

Le tirage au sort a gâté la 164 de Delorme Compétition, la 137 d'Eurodatacar à ses côtés. En deuxième ligne la 133 d'A3 C Mieux K 2, et la 141 de Leads Machine. Pour le Forum, au menu : Fun Cup 2013, calendrier 2013, Mitjet 2 Litres Endurance, Jerez de la Frontera... discussions, échanges... ça fait déjà envie !

Pour le diner, les meilleurs de la Fun Cup, en gros ceux qui avaient réservé les douze chambres le moins loin, étaient présents. Ils ont pu goûter la qualité de notre David international et de ses musicos aux talents plus que reconnus. Pour la Fun Cup, David est à la chanson ce qu'Alain Ferté est au pilotage... c'est vous dire ! La soirée donc s'étire un peu, les corps se réhydratent, l'extase des corps moites dans les vapeurs d'alcool, ondulations... bazar, demain ca va être dur !!!

Et effectivement le lendemain c'est dur... Le soleil se lève sur une belle et chaude journée. Les yeux ont mal (pour reconnaitre ceux qui étaient là la veille, c'est simple ils ont des lunettes de soleil à 8h du matin).

Et là, mardi 11h27, le téléphone sonne !
"Et le compte-rendu, on en est où ? Engueulade ! Mais tu fais quoi ?"
Après m'être posé de nombreuses questions, je vous le confirme tout net : vous foutez vraiment rien au bureau !!!
La preuve vous êtes en train de lire cette prose décadente et subversive !
Retourne travailler Jean Pierre R. ! Bref, où en étions nous...

Le soleil se lève, mal à la tête, aïe mes yeux... ah oui le départ de la course !
Nous avons croisée durant la mise en grille des petites fesses serrée pour certains dont c'était le premier départ. D'autres étaient plus détendus, mais vu leurs résultats, ils auraient mieux fait de les serrer.

Devant, le départ est donné tambour battant, derrière le tambour bat mais plus doucement. Au bout de la ligne droite des stands nous fermons les yeux le temps du passage du peloton... les paupières s'ouvrent doucement... pas de fumée !

Ouf ! Tout le monde est passé. C'est parti pour 8 heures de course non-stop.

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

La 911 partait en septième ligne avec Alain Ferté au volant. Grâce à son badge de télépéage, Alain passe plus vite, ce qui explique la prise de la tête assez rapide forcément. Accrochée à sa gomme la 133 n'entend pas se laisser faire, mais bon il n'avait pas le badge...
Puis la 149 du DNS Racing (rassurée de savoir que Régis n'était pas là ce week-end) et la 83 de V Ri One. La 137 s'accroche, et la 164 aussi. La 140 est septième après une heure de course et Jean Pierre de me dire : "Tant que Franck n'a pas roulé tout est possible".

Si, vous aussi, vous souhaitez balancer sur vos coéquipiers n'hésitez pas, ça nous fait bien rire !
La meilleure balance gagne une montre Yéma collector (c'est la dernière).

Charly est ses girls sont 36ème sur 51... pas mal du tout ! Même maman est venue soutenir le petit (pas vis à vis des nièces, là c'est papa, mais pour la course) ((alors qu'elle ne vient jamais quand c'est François qui roule)) (((même pas au Mans !!!))) ((((10 centimes pour chaque parenthèse sont reversées à une association de soutien aux personnes de plus de deux mètres organisant des courses de voitures)))).

Mais bien avant cela, environ au quatrième tour, et dans un nuage de fumée à faire pâlir de jalousie l'Eyjafjöll, Thibault D. plante superbement la 45 des Cavallino Boys (pas de photo de la scène, pour ne pas heurter la sensibilité des moins de 27 ans). Même en Land Rover impossible de sortir. Au bureau lundi matin, les commentaires ont dû aller bon train.

Il existe une espèce de solidarité entre les pilotes qui ont à peu près tous un dossier sur leur compte. On se serre les coudes dans l'adversité. On appelle cela l'Omertà ! (pourtant Jean Pierre est italien... je comprends pas...)

La bataille continue de faire rage sur l'asphalte. Avec les change-ments de pilotes, certains ayant tout misé sur le départ, les cartes se redistribuent un peu et les leaders se confirment.

Philippe I. installe la 911 en tête devant la 83 qui veut rééditer sa performance de Magny-Cours.

La 137 est 3ème grâce au président Lamirault qui fait réellement tout dans cette équipe, et ce dans le mépris le plus total de ses coéquipiers, et surtout en faisant preuve d'une ingratitude désolante pour celui qui porte réellement cette équipe à bout de bras (et il a le bras long le président).

Merci à vous tous de vous insurger avec nous contre cette jeunesse décadente, et de soutenir le président.

En d'autres temps, il y aurait d'autres sanctions, largement méritées, mais tout se perd ma pauvre dame.

La chaleur commence à se faire largement sentir.
La faim aussi.
La soif surtout.
Début, tonitruant lui aussi, du célèbre casse croute du dimanche matin !

Les plus rapides attaquent directe-ment le foie gras, alors que les débutants s'égarent dans le magret (c'est bon aussi). Les vendanges réalisées tardivement sont largement appréciées dans ces moments.

Là aussi les relais sont réalisés par écurie, mais les changements sur le canapé sont beaucoup plus longs. Pas facile mais certains font preuve d'une grande volonté...

Énorme !!!

 

 

 

Retour sur la course avec succession de performances et de contre-performances pour certains. Aléas et fautes, rendent la course difficile pour d'autres. C'est aussi ça la course...

Petite mention pour le Lucifer Racing d'Orhès qui depuis le début de la saison initie les plus grands pilotes français à la Fun Cup, leur permettant de découvrir du coup de vraies courses (d'accord les 24h du Mans c'est pas mal...). Se sont succédés déjà, entre autres, Raymond Narac, Jean Philippe Belloc etc... et ce week-end Sébastien Dumez.

Les heures passent. Les voitures tournent. Les heures tournent. Les voitures passent.
La guerre est déclarée entre la 911, la 83 qui ne lâche rien, la 137, 140, 149, la 216 de PVI.
Tic tac tic tac, les minutes s'égrainent, les Cavallino Boys tombent dans le bac chacun leur tour. Un tête à queue, sans pied sur le frein, mettra fin aux espérances de la 216, percutée par le retour sur la piste de la Fun Cup en perdition. La chaleur monte, les esprits s'échauffent, la période postprandiale n'arrange rien (ça vous fait deux définitions à chercher avec acronyme si ce n'est pas encore fait...).

La 83 se touche avec la 4, et passe de la 2ème à la 4ème... et une rupture de pièce consécutive à l'accrochage finit de mettre un terme aux espérances de podium pour VV, Ouaouane et Riri. La 149 prend la deuxième place et tremble car juste derrière elle, se trouve la 140, qui se trouve être de bons amis de Régis... rapport à Magny Cours (chez Régis, les meilleures huîtres de Paris ((des Papin)), rue Montfaucon, sans réservation, ni place pour manger d'ailleurs tellement il y a de monde).

La 911 est intouchable.

Parcours sans faute et elle s'impose donc logiquement dans cette course à rebondissement devant la 149 et la 140.

Charly et ses drôles de Nièces finissent 37ème : un grand bravo pour eux (pour les autres aussi bien sûr), et rendez vous dans 9 mois pour voir si tout s'est bien passé. Un week-end de bonheur, de la joie sur les visages (encore), des souvenirs plein la tête (le retour en voiture avec certains fort pénible car ils refont toute la course...).

De beaux podiums, non pas par la qualité esthétique des présents sur les marches, mais pour la satisfaction de ceux qui s'y trouvent. Congratulations, tristesse de se quitter ... Mais le plus beaux des podiums fut celui de Charly et ses drôles de Dames bien évidemment (podium fictif mais réalisé quand même, c'est ça la Fun Cup !).

Nous avons vu un tonton véritablement comblé, et un moment de partage unique et touchant comme jamais (et la fierté d'un père de voir son fils si bien entouré, qu'il souhaite du coup le convertir à l'islam, car il est des religions qui offrent certains avantages) ((mais non Tybo pas pour le ramadan !)).

L'espoir naît dans les cœurs à l'idée que Ledenon, c'est pour bientôt ...

Vivement octobre !!!

Entre parenthèse les Kubiks ont brillé par leur absence eux aussi, mais gageons qu'ils seront parmi nous le prochain week-end... à croire que s'il n'y a pas Franck E. à doubler, ils ne sont pas motivés. Vous n'avez pas de nièces ?

       
       
       
LES PODIUMS

GÉNÉRAL

- 1 -
N°911 : SPI

- 2 -
N°149 : DNS RACING

- 3 -
N°140 : SPEBI

CORPORATE

- 1 -
N°141 : LEADS MACHINE

- 2 -
N°96 : L'ÉQUIPE

- 3 -
N°45 : FERRARI

MÉDIAIRE

- 28 e -
N°337 : DEFI PERFO

- 29 e -
N°202 : ORHES-EMC

- 30 e -
N°115 : ANDROS FDV

LUCKY

- 38 e -
N°74 : ARC

- 40 e -
N°118 : L'ÉQUIPE

- 47 e -
N°184 : MAC DO SKR

       
PHOTOS - VAL DE VIENNE - 2012 CHRONOS - VAL DE VIENNE - 2012
CONTACT MENTIONS LEGALES